Nova pas net

nova n'est pas là mais nous si
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 la revue de presse des bonnes nouvelles

Aller en bas 
AuteurMessage
aati kuti

avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: la revue de presse des bonnes nouvelles   Mer 24 Jan - 1:42

Colombie : un otage s'est évadé

Et Monica ?", a demandé à l'un de ses frères l'ancien ministre Fernando Araujo, quelques instants avant de commencer, le 5 janvier, une conférence de presse à Carthagène, sur la côte caraïbe, en Colombie. Il était le héros. Il avait survécu déambulant pendant cinq jours sans eau ni nourriture dans une montagne inhospitalière. Le 31 décembre, une attaque contre la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) lui a permis de fuir le campement où il était retenu prisonnier. Il mettait fin ainsi à une captivité de cauchemar de six ans, un mois et un jour. Deux semaines avaient passé depuis qu'il avait recouvré la liberté. Deux semaines de vertige : retrouvailles avec la famille, avec les amis, examens médicaux, des milliers d'appels, des entretiens. Aujourd'hui, il vit chez sa mère. "Elle me gâte." Lors de la conférence de presse, il avait une barbe de plusieurs jours et le visage plein d'écorchures. Il ressemblait à un sac d'os. Maintenant, l'un de ses objectifs est de prendre du poids. Il a également prévu d'apprendre à utiliser le téléphone mobile, Internet, et de se familiariser avec toutes les innovations technologiques qu'il n'a pas pu voir apparaître.


Les premiers jours, il avait peur d'être dans un rêve. "J'ai surmonté cette peur, je suis pleinement conscient que je suis libre, que je vis dans le monde réel", disait-il. Il a expliqué qu'il voulait retirer quelque chose de positif de cette épreuve qu'il a vécue "pour être quelqu'un de meilleur". Il assure aujourd'hui ne ressentir aucun vide autre qu'affectif, celui d'avoir perdu son épouse, Monica. Il dit qu'il la comprend. "Une personne qui a souffert de la privation de sa liberté pendant six ans doit comprendre mieux que quiconque que la liberté est l'essence de l'être humain. Elle a pris sa décision librement et je dois la respecter." Il a parlé avec elle, au téléphone. Elle vit aujourd'hui à Bogota, avec un autre homme, et a un enfant. Jeunes mariés, ils en voulaient aussi un.

L'enlèvement a eu lieu le 4 décembre 2000 - ce jour-là, Monica avait 29 ans, et lui 45. Ils s'étaient mariés à peine sept mois avant. C'était le deuxième mariage de Fernando Araujo, qui a quatre enfants, dont le plus jeune est âgé de 15 ans, de son premier mariage. Le jour de son enlèvement, il avait terminé son footing et rentrait chez lui. "Ils m'ont capturé, j'ai donné des coups de pied, crié en demandant de l'aide." Ils l'obligèrent à monter dans une camionnette, le jetèrent au sol en lui braquant un pistolet sur la tête et une mitraillette sur la poitrine et ils lui bandèrent les yeux.

"Quelle est ma responsabilité comme prisonnier ?", se demanda-t-il un jour. Il avait déjà passé un mois en captivité. Il décida alors que son devoir était de prendre soin de lui pour revenir sain et sauf, d'entretenir sa bonne condition physique. "Je devais le faire pour supporter les marches qu'impliquaient les changements de campement et parce que j'ai toujours eu l'intention de m'échapper." Lors de la seule dernière année de captivité, il en a connu vingt-six différents. Comme son espace vital était d'à peine de 3 mètres sur 3, la distance nécessaire pour accrocher le hamac où il dormait - ses gardiens dormaient à ses côtés sur le sol -, il courait dans le même espace et faisait des pompes et des flexions de genoux. Il n'avait pas l'autorisation de se promener dans le campement. Il ne pouvait s'éloigner de son hamac que pour aller aux toilettes, un trou creusé un peu plus loin. Pour sa toilette, on lui apportait un seau d'eau. Les premiers temps furent les plus difficiles. Comme il avait tenté de s'échapper le jour même de son enlèvement, il resta attaché pendant sept mois à un arbre avec une corde autour de la taille. "Dès le début, ils m'avertirent que leur comportement avec moi dépendait du mien." Il disposait d'un peigne, d'une brosse à dents, de dentifrice et d'un rouleau de papier hygiénique. "Je pensais demander la permission de tout garder et de montrer à mes enfants que l'important n'est pas d'avoir beaucoup, mais de se contenter de peu."

Il y a deux ans et demi, ils lui ont donné pour la première fois un petit miroir. "Ma tête de séquestré m'a impressionné : j'étais très laid, barbu." Ses geôliers ne lui donnaient pas de rasoir de peur qu'il ne se suicide. Il n'a pu manger avec un couteau et une fourchette qu'au cours des six derniers mois de sa captivité. L'un de ses trucs pour survivre a été de faire durer au maximum chaque chose qu'il faisait. "Au lieu de me laver en dix minutes, cela me prenait une demi-heure." De même, il étirait le temps des repas - avec tous les jours le même menu : riz, pâtes, haricots, lentilles.

Cela faisait deux ans et demi qu'il était prisonnier quand il commença à pressentir qu'il se passait quelque chose avec Monica. En Colombie, comme il y a beaucoup d'enlèvements, il existe des programmes de radio pour que les proches des séquestrés puissent leur envoyer des messages. Le jour de son anniversaire, il n'a entendu aucun message de Monica dans les émissions. Il s'est dit que cela serait demain ou plus tard, mais les messages ne sont jamais arrivés.

Six mois plus tard, un message de son père se terminait en disant : "Tes enfants, tes parents, tes frères, ta belle-famille, tes neveux et moi nous te souhaitons une heureuse année." Il ne citait pas Monica. Son père la nommait toujours et lui racontait tout ce qu'elle essayait de faire pour obtenir sa libération. Il commença alors à ressentir une douleur très confuse. Il voulait que quelqu'un lui dise la vérité ; il voulait en finir avec l'incertitude. Il décida de parler avec le chef des guérilleros. "J'ai une affreuse angoisse, cela fait un an et demi que je n'ai aucune nouvelle de ma femme. Savez-vous quelque chose la concernant ?", lui demanda-t-il. "Nous ne savons rien, mais nous allons enquêter", répondit-il. Au bout de quelques jours, la réponse arriva : "Elle est partie." Ils ne dirent que cela.

Ils ne lui donnèrent sa première radio que sept mois après son enlèvement. Il capta le premier message de sa famille après de nombreux efforts et en parcourant d'une extrémité à l'autre la bande, cinq mois après avoir eu sa radio. La nuit, il écoutait la BBC de Londres et Radio Exterior, d'Espagne.


Un des moments les plus difficiles fut quand en octobre dernier le président Alvaro Uribe ferma la porte à un accord pour échanger des séquestrés avec des guérilleros des FARC emprisonnés. "Merde, je me suis dit, cette issue n'existe plus." Fernando Araujo se rendit compte que sa condition d'otage "échangeable" lui donnait certains avantages - il faisait partie du groupe de 59 prisonniers considérés comme des politiques par les FARC, de même qu'Ingrid Betancourt. "Ils étaient plus attentifs avec cette catégorie de prisonniers ; ils avaient besoin que nous soyons en bonne condition." Ils faisaient des efforts pour diminuer les incommodités : les moustiques, les difficultés du climat. Il lui donnèrent une tente pour se protéger de la pluie et des bestioles. Un jour, ils lui demandèrent ce qu'il voulait manger. "Des fruits", répondit-il. Ils lui apportèrent du raisin et une poire. "Il y avait un guérillero qui faisait du pain parsemé de grains de sucre et il m'envoya le plus délicieux de tous."

Ils lui demandèrent de leur donner des cours d'anglais et il accepta en échange d'un cahier qu'il utilisa comme journal. Il discutait peu avec les guérilleros, dont le sujet favori était le football. Il leur parla aussi de sa douleur à la suite de l'abandon de Monica. "Ils disaient : "Quand tu sortiras, tu en trouveras une autre." Ils n'ont pas la capacité de sympathiser avec la douleur du séquestré, de comprendre le mal si profond qu'ils provoquent." Il lui est arrivé de passer des semaines sans parler. "Quand j'allais le faire, ma voix ne sortait plus. Ce que je n'ai jamais perdu, c'est la parole avec moi-même, le dialogue intime."

Le 31 décembre, à 10 heures du matin, il a entendu que des hélicoptères s'approchaient. Il n'y a pas prêté spécialement attention et a continué d'écouter un programme dans lequel l'historienne Diana Uribe parlait de Garcia Lorca... "Mais ils commencèrent à tirer contre tout. L'attaque a créé l'occasion propice pour s'échapper." Il s'est dit : "Ou je m'en vais ou ils me tuent." Il a profité de la confusion de ses geôliers, et, en rampant, a réussi à sortir du campement. Pendant cinq jours, il a tourné en rond dans le même lieu, esquivant les bruits par peur de se trouver face aux guérilleros. "A un moment, j'ai pensé que je m'étais jeté dans un piège et que je ne sortirais jamais de là." Il finit par rencontrer un paysan qui lui indiqua le chemin d'un hameau, duquel il parvint à rejoindre un détachement militaire.

Aujourd'hui, cet homme qui a été pendant un an le ministre du développement dans le gouvernement d'Andrés Pastrana, à la fin des années 1990, a une nouvelle peur : qu'ils essaient à nouveau de l'enlever, lui ou quelqu'un de sa famille. Mais il a confiance en Martin Caballero, le commandant des FARC, responsable de son enlèvement. "Dans la guerre qu'il livre, le concept de dignité est clair. Je pense qu'il va respecter le fait que je me sois enfui. Il avait l'obligation de m'en empêcher, mais moi je devais tenter de le faire."

Traduit de l'espagnol et adapté par Alain Abellard.
© "El País"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vuici.com
Yves_Océan

avatar

Nombre de messages : 121
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Ven 26 Jan - 3:15

Revenir en haut Aller en bas
petit-bouchon

avatar

Nombre de messages : 519
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Mar 30 Jan - 20:30

La doyenne de l'humanité est japonaise

Yoneko Minagawa, une Japonaise de 114 ans, est devenue la nouvelle doyenne de l’humanité et a célébré mardi l’évènement par un déjeuner à l’occidental. Elle a été officiellement informée par un comité international sur les «supercentenaires», basé aux Etats-Unis, qu’elle était la plus vieille dame du monde après le décès, dimanche, d’Emma Faust Tillman, une Américaine de 114 ans. Le record de longévité humaine reste détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Orteil

avatar

Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Mar 30 Jan - 20:50

petit-bouchon a écrit:
La doyenne de l'humanité est japonaise

Yoneko Minagawa, une Japonaise de 114 ans, est devenue la nouvelle doyenne de l’humanité et a célébré mardi l’évènement par un déjeuner à l’occidental. Elle a été officiellement informée par un comité international sur les «supercentenaires», basé aux Etats-Unis, qu’elle était la plus vieille dame du monde après le décès, dimanche, d’Emma Faust Tillman, une Américaine de 114 ans. Le record de longévité humaine reste détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans.

C'est une bonne nouvelle, ça ? Non, parce que, figurez-vous, depuis que l'humanité existe, elle a une doyenne.
Revenir en haut Aller en bas
petit-bouchon

avatar

Nombre de messages : 519
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Mar 30 Jan - 20:52

Orteil a écrit:
petit-bouchon a écrit:
La doyenne de l'humanité est japonaise

Yoneko Minagawa, une Japonaise de 114 ans, est devenue la nouvelle doyenne de l’humanité et a célébré mardi l’évènement par un déjeuner à l’occidental. Elle a été officiellement informée par un comité international sur les «supercentenaires», basé aux Etats-Unis, qu’elle était la plus vieille dame du monde après le décès, dimanche, d’Emma Faust Tillman, une Américaine de 114 ans. Le record de longévité humaine reste détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans.

C'est une bonne nouvelle, ça ? Non, parce que, figurez-vous, depuis que l'humanité existe, elle a une doyenne.

c'est pas content bein bein va te faire cuire une bouse de dragon na!!!!!! Sad Mad confused
Revenir en haut Aller en bas
Orteil

avatar

Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Mar 30 Jan - 20:55

petit-bouchon a écrit:

Orteil a écrit:

C'est une bonne nouvelle, ça ? Non, parce que, figurez-vous, depuis que l'humanité existe, elle a une doyenne.

c'est pas content bein bein va te faire cuire une bouse de dragon na!!!!!! Sad Mad confused

afro



Je suis sûr qu'il doit y avoir un Doyen quelque part. 'ttendez, je vous ramène ça...[i]
Revenir en haut Aller en bas
Yves_Océan

avatar

Nombre de messages : 121
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: "Mozart", l'iguane en proie à une érection, va êtr   Sam 3 Fév - 14:15

ANVERS (Reuters) - Un iguane en proie à une érection permanente depuis plus d'une semaine va finalement être amputé dans quelques jours.

Les vétérinaires du zoo Aquatopia d'Anvers avaient d'abord envisagé un traitement alternatif mais ont décidé que l'amputation du pénis était la seule solution pour éliminer tout risque d'infection.

L'iguane, baptisé "Mozart", traverse une crise de priapisme aiguë depuis une séance d'accouplement organisée il y a sept jours par le zoo.

Ultime détail qui a son importance - les iguanes possèdent deux pénis.
Revenir en haut Aller en bas
kifeun

avatar

Nombre de messages : 294
Age : 103
Localisation : saint ouen
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Sam 3 Fév - 15:35

attends, le pauvre, on lui coupe la bite et tu trouves que c'est une bonne nouvelle??!!
Revenir en haut Aller en bas
emilka

avatar

Nombre de messages : 690
Localisation : leu midi deu la franceu, MONtpellier quoi
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Sam 3 Fév - 16:57

petit-bouchon a écrit:
La doyenne de l'humanité est japonaise

Yoneko Minagawa, une Japonaise de 114 ans, est devenue la nouvelle doyenne de l’humanité et a célébré mardi l’évènement par un déjeuner à l’occidental. Elle a été officiellement informée par un comité international sur les «supercentenaires», basé aux Etats-Unis, qu’elle était la plus vieille dame du monde après le décès, dimanche, d’Emma Faust Tillman, une Américaine de 114 ans. Le record de longévité humaine reste détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans.

comme quoi notre pinard c'est bien le meilleur ! afro
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cacaboudin.com
Yves_Océan

avatar

Nombre de messages : 121
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Dim 4 Fév - 15:00

kifeun a écrit:
attends, le pauvre, on lui coupe la bite et tu trouves que c'est une bonne nouvelle??!!

mais il en a deux!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Yves_Océan

avatar

Nombre de messages : 121
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Mar 6 Fév - 15:39

je pense pas que ce soit vraiment une bonne nouvelle mais je savais pas ou le mettre scratch




NEW YORK (Reuters) - Une majorité de femmes reconnaissent qu'elles pourraient se passer de sexe pendant quinze mois en échange d'une nouvelle garde-robe, selon une étude réalisée auprès de 1.000 femmes dans dix villes américaines.

Parmi elles, 2% sont même prêtes à s'abstenir pendant trois ans pour des vêtements. Pour 61% des femmes interrogées, il serait pire de perdre son vêtement préféré que ne pas avoir d'activité sexuelle pendant un mois.

Les femmes âgées de 18 à 54 ans ont gardé leur vêtement préféré pendant douze ans et demi, soit une année de plus que la durée de leur relation la plus longue.

Quelque 70% des femmes disent croire au coup de foudre quand il s'agit de trouver l'article parfait, alors que seulement 54% d'entre elles s'y fient pour rencontrer l'homme idéal.

Près de la moitié des femmes interrogées (48%) disent pouvoir davantage compter sur leur vêtement favori que sur leur partenaire pour leur donner confiance en elle et l'impression d'être sexy.
Revenir en haut Aller en bas
emilka

avatar

Nombre de messages : 690
Localisation : leu midi deu la franceu, MONtpellier quoi
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Mar 6 Fév - 15:42

Yves_Océan a écrit:
je pense pas que ce soit vraiment une bonne nouvelle mais je savais pas ou le mettre scratch




NEW YORK (Reuters) - Une majorité de femmes reconnaissent qu'elles pourraient se passer de sexe pendant quinze mois en échange d'une nouvelle garde-robe, selon une étude réalisée auprès de 1.000 femmes dans dix villes américaines.

Parmi elles, 2% sont même prêtes à s'abstenir pendant trois ans pour des vêtements. Pour 61% des femmes interrogées, il serait pire de perdre son vêtement préféré que ne pas avoir d'activité sexuelle pendant un mois.

Les femmes âgées de 18 à 54 ans ont gardé leur vêtement préféré pendant douze ans et demi, soit une année de plus que la durée de leur relation la plus longue.

Quelque 70% des femmes disent croire au coup de foudre quand il s'agit de trouver l'article parfait, alors que seulement 54% d'entre elles s'y fient pour rencontrer l'homme idéal.

Près de la moitié des femmes interrogées (48%) disent pouvoir davantage compter sur leur vêtement favori que sur leur partenaire pour leur donner confiance en elle et l'impression d'être sexy.
*

perso ça me déprime....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cacaboudin.com
Sylimay

avatar

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   Mar 6 Fév - 16:13

Yves_Océan a écrit:
je pense pas que ce soit vraiment une bonne nouvelle mais je savais pas ou le mettre scratch




NEW YORK (Reuters) - Une majorité de femmes reconnaissent qu'elles pourraient se passer de sexe pendant quinze mois en échange d'une nouvelle garde-robe, selon une étude réalisée auprès de 1.000 femmes dans dix villes américaines.

Parmi elles, 2% sont même prêtes à s'abstenir pendant trois ans pour des vêtements. Pour 61% des femmes interrogées, il serait pire de perdre son vêtement préféré que ne pas avoir d'activité sexuelle pendant un mois.

Les femmes âgées de 18 à 54 ans ont gardé leur vêtement préféré pendant douze ans et demi, soit une année de plus que la durée de leur relation la plus longue.

Quelque 70% des femmes disent croire au coup de foudre quand il s'agit de trouver l'article parfait, alors que seulement 54% d'entre elles s'y fient pour rencontrer l'homme idéal.

Près de la moitié des femmes interrogées (48%) disent pouvoir davantage compter sur leur vêtement favori que sur leur partenaire pour leur donner confiance en elle et l'impression d'être sexy.

Il y a quelques années de ça, j'ai refusé de donner l'un de mes tee shirt à une fille, qui était, comme dirait Joey Starr, une véritable "gazelle".

J'aurais pu assez facilement l'échanger contre une relation sexuelle d'assez haut niveau, mais voilà, je suis incorruptible.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la revue de presse des bonnes nouvelles   

Revenir en haut Aller en bas
 
la revue de presse des bonnes nouvelles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Revue de presse : Montres magazine (HS n°2 - 2007)
» bonnes nouvelles
» Revue de Presse sur le Vinao/Vito
» Revue de Presse - Patek Philippe
» Petite revue de presse utile de l'Internet résilient, prepper, autosuffisant, etc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nova pas net :: Société et des bas :: Actualités-
Sauter vers: